Travailler dans une entreprise respectueuse, histoire des coopératives
travailleurs1 Travailler dans une entreprise respectueuse, histoire des coopératives

Les coopératives sont nées de valeur sociale importante : l’entraide. Elles se présentent généralement sous forme d’association ou d’organisme social et elles regroupent des personnes qui ont des intérêts communs.
Au début, de nombreuses personnes croyaient que les confréries d’assistance et de sépulture de l’antiquité romaine constituaient l’une des premières institutions coopératives, mais en fait les premières activités coopératives sont apparues dans le milieu rural en France. Zoom sur l’histoire des coopératives.

Les premières coopératives françaises

Tout d’abord, il y a lieu de commencer par les célèbres fruitières du Jura qui étaient de véritables coopératives de collecte et de transformation de produits laitiers en France. Puis, il y a la communauté créée en 1661 à Sauve et très réputée dans la production et la commercialisation des fourches de bois de micocoulier.
En 1834, il y avait aussi la coopérative de production montée par des ouvriers parisiens et l’association chrétienne des bijoutiers en doré qui était l’origine de nombreuses coopératives de production industrielle. Et en 1844, des ouvriers tisserands créent la Société des équitables pionniers de Rochdale, la mère du mouvement coopératif de consommation mondial.
En 1864, la première coopérative de crédit mutuel fut créée par le bourgmestre Raiffeisen à Heddensdorf et en 1882, une coopérative laitière fut fondée par des paysans danois pour faire face à la concurrence des blés américains et pour servir de base par la suite aux coopératives agricoles modernes.

Les règles à respecter pour faire partie des coopératives

Il est à savoir que les coopératives sont tenues de respecter certaines règles. Elles doivent permettre une libre adhésion c’est-à-dire que chacun est libre d’y accéder et d’en sortir. Puis, elles sont soumises à un contrôle démocratique reposant sur le principe « un homme, une voix » lors de l’Assemblée générale des coopérateurs.
Mis à part cela, elles doivent aussi assurer la distribution des excédents au prorata des opérations et elles doivent privilégier l’intérêt limité du capital. Ce qui signifie que le capital investi dans chaque coopérative ne doit pas être mieux rémunéré que l’activité des coopérateurs.
Enfin, il y a aussi le principe d’indisponibilité des réserves qui sous-entend que l’instrument de travail créé par une génération doit être remis intact à la génération suivante.

Les principaux types de coopératives

Pour terminer, il convient de noter enfin qu’il existe deux principaux types de coopératives. D’un côté, il y a les coopératives d’utilisateurs qui regroupent les coopératives de consommateurs, les coopératives de logement et les organisations coopératives de loisirs. Et d’un autre, il y a les coopératives de travailleurs qui réunissent les coopératives ouvrières de production et les coopératives de professions libérales.

No Comments
Leave a Reply